Co-financeurs projet Entreprendre En Lycée FSE Guadeloupe GIP Daifi
Logo Entreprendre En Lycée Région Guadeloupe Union Européenne
Co-financeurs projet Entreprendre En Lycée Région Guadeloupe Union Européenne
Co-financeurs projet Entreprendre En Lycée FSE Guadeloupe GIP Daifi
Logo Entreprendre En Lycée Région Guadeloupe Union Européenne Co-financeurs projet Entreprendre En Lycée Région Guadeloupe Union Européenne

Samedi 22 mai 2021 a eu lieu le « Salon virtuel » d’Entreprendre En Lycée ainsi que la désignation des lauréats de cette 16e édition. Un moment très attendu par les mini-entreprises.

 Save the date

BANNIERE EEL EXPO CEREMONIE

S’il fallait résumer cette édition d’Entreprendre En Lycée par un mot, ce serait « lnnovation » ! Pour les mini-entreprises mais aussi pour l’équipe organisatrice du Gip-Daifi. En raison du contexte sanitaire et du confinement, la foire-exposition ne pouvait plus se dérouler de manière traditionnelle. Mais pas question d’annuler ! Il était nécessaire de trouver une façon différente de consacrer le travail des 15 mini-entreprises sur les starting-blocks, depuis le début de l’année scolaire.

Connectés

Salon virtuelCe 22 mai, le salon virtuel et la désignation des lauréats étaient diffusés en direct, en « live stream », via  le site Internet et la chaîne YouTube d’Entreprendre En Lycée. Dès 8 heures, les mini-entreprises, réunies au sein de leur lycée, ou non, les équipes pédagogiques, les chefs d’établissement, les partenaires, la Région Guadeloupe, le Gip-Daifi, le Rectorat de la Guadeloupe et, bien sûr, le public étaient tous connectés. Interactif, ce format de vidéo en direct permettait aux participants de laisser des commentaires en temps réel, de poser des questions, en obtenant rapidement des réponses.

En direct avec Yémouna

YémounaÀ 8 heures, c’est l’animatrice, Yémouna, depuis le Gip-Daifi,qui annonçait le programme de la journée. Elle n’en était pas à sa première. En 2016, elle avait déjà animé la cérémonie de remise des prix, cette fois, en présentiel. Malgré la distance du virtuel, dès l’ouverture de l’événement, elle insufflait de la chaleur à l’événement, en plébiscitant tous les participants : « Je suis très honorée de participer à l’événement. C’est à nous, adultes, de les encourager. Fòs é kouraj ba yo ! »

98 lycéens
  IMG 7307 copieFranck Ramin, directeur du Gip-Daifi, a ouvert officiellement le salon virtuel : « Je félicite les 98 élèves qui ont participé à cette édition. Cela n’a pas été une année facile. » Il était suivi de Sébastien Célestine, parrain de l’édition 2021 et de Max Nelson, chef de projet, Délégué académique à la formation professionnelle initiale et continue (Dafpic) : « Nous avons dû surmonter les difficultés de la pandémie. Cela nous a permis à tous d’apprendre. Et c’est déjà un succès ! Les élèves ont profité de la pédagogie du projet, la pédagogie de la réussite. Ils ont pu découvrir, à travers leurs initiatives, qu’ils étaient capables de réaliser des choses extraordinaires. »

« Une expérience extrêmement riche »

IMG 7330 copieChristine Gangloff-Ziegler, Rectrice de l'Académie s’est ensuite exprimée : « C’est avec un très grand enthousiasme que je participe à l’ouverture de ce salon virtuel. Entreprendre En Lycée vise à familiariser les lycéens avec le monde de l’entreprise, et la culture entrepreneuriale. C’est capital pour le développement d’un territoire. Ce challenge est une expérience extrêmement riche. Il leur permet de mettre en œuvre les connaissances acquises dans le cadre de leur formation. Pour les enseignants, il s’agit d’un levier précieux pour développer la motivation des jeunes, donnant du sens à l’ensemble des apprentissages. Pour les chefs d’établissement, ce challenge valorise leur établissement. » Christine Gangloff-Ziegler a ainsi remercié l’ensemble des équipes pédagogiques pour leur implication, le soutien indéfectible des partenaires et surtout les élèves : « Votre travail, votre imagination et votre ingéniosité méritent des félicitations. »

15 mini-entreprises : 15 pitchs

À 8h30, les concourants étaient invités à défendre leur mini-entreprise en 1mn 30. Un exercice peu évident. Il fallait prendre la parole en direct, devant le grand public mais aussi devant le… jury. Les équipes d’Entreprendre En Lycée avaient répété minutieusement leur présentation : une compétition de pitch de haut vol !

Jury 1

De gauche à droite : Paul Vienot, directeur de l’Adie Guadeloupe, Marius Kancel, président du Jury, Elise Alexis, animatrice Région Guadeloupe de 100000 entrepreneurs et Thierry Seligny, du cabinet Optimus Leadership & positif

 

Caribbean newsCarribean News :

« Notre force, c’est notre ouverture économique et culturelle sur la Caraïbe, en particulier les îles caribéennes anglaises. Nous sommes presque les seuls à proposer une telle ouverture. » défend Caribbean News, qui propose un logiciel permettant de traduire en ligne des articles de journaux.

 

équipe Biodikera

Biodikera Trip :

« Nous proposons un concept unique : des circuits d’éco-découverte consistant à combiner des sorties ludiques et instructives. Notre objectif est de promouvoir les beautés de notre île et les actions éco-responsables, car nous aimons notre île. »

 

Crocheco

Crocheco :

« Nous avons eu de nombreux échecs avant d’arriver à notre crochet hygiénique en bambou. Mais aujourd’hui, notre troisième prototype marche et nous sommes fiers d’y être arrivés. »

 

 

Hoa Being

Hoa Being :

« Hoa, notre parfum, est fabriqué à base d’alcool de canne. Nous mettons ainsi en avant les producteurs locaux. Nous transmettons aussi des valeurs positives, de l’amour et de la joie, surtout en cette période de pandémie mondiale. »

 

Geko copieSalon virtuel

De 9h45 à 13 heures, le public a ensuite pu visiter les stands virtuels et échanger en direct avec les mini-entreprises via un chat. Auparavant, les équipes avaient pris soin d’intégrer leurs contenus (vidéos, fiches, articles, etc.), afin de décorer leur PLV virtuelle.

 

En coulisses

2moDe l’autre côté de l’écran, chez les mini-entreprises, c’était l’effervescence : plus que quelques heures avant l´annonces des résultats ! Mais les mini-entrepreneurs demeuraient plutôt confiants et déjà satisfaits de ce qu’ils avaient pu acquérir tout au long de cette année : maturité, esprit d’équipe et confiance. « En découvrant la complexité de la gestion d’une entreprise, nous sommes devenues plus sérieuses. Il a fallu procéder à une vraie remise en question pour chacune de nous, mettre de côté notre égo et savoir écouter l’autre pour construire une vraie équipe. On ne peut rien faire seul…. Nous avons été beaucoup soutenues par notre encadrante, Mme Lalande, qui a cru en nous, par notre mentor, Frédérique Landro du Cabinet Apogé et par nos parents. » indiquent les mini-entrepreneures de 2mo4pawòl. Carole Lalande, professeure documentaliste, tient à préciser : « Notre gestionnaire, notre chef d’établissement et l’équipe pédagogique du lycée se sont également beaucoup impliqués. Nous les en remercions. »

Created by usCreated by us, présents également ce samedi au Lycée Félix Proto avec leur encadrante, Béatrice Hubert, déclare: « Entreprendre En Lycée nous a appris à être droits dans ce qu’on fait et savoir établir des règles. Si nous ne gagnons pas cette année, tout ce que nous avons appris ne sera que du plus. Nous améliorerons notre mini-entreprise pour la prochaine édition. »

 

 

Mme SolvarAu Lycée Carnot, la même effervescence. Même Mme la proviseure, Annick Solvar-Désirée, était présente pour soutenir son équipe : « J’encourage depuis des années ce challenge. J’ai des élèves et une équipe pédagogique très motivés. J’en suis très fière. » Marie-Christine Chalat, encadrante et Roseline Louis, enseignante à la retraite et pourtant présente, ont appuyé ses propos : « Les mini-entrepreneurs sont passionnés et volontaires. Ils ont beaucoup de courage et de créativité. » Et de souligner le soutien de leurs partenaires : M. Bouvier, enseignant en arts appliqués,
l’entreprise Publi Deco, Aminata Eluther, directrice du réseau Canopé, etc. Les mini-entrepreneurs ne comptent pas s’arrêter là «  Nous croyons en notre projet. Nous allons faire vibrer la Guadeloupe à travers notre jeu. »

FAP

Sébastien Célestine, parrain

S. CelestineAncien mini-entrepreneur en 2005, Sébastien Célestine est le parrain de cette 16e édition. Aujourd’hui, à 33 ans, l’ancien mini-entrepreneur détient deux entreprises : All Mol Technology et La Librairie Générale. Il accompagne également Myditek, une start-up développant des solutions numériques pour les exploitations agricoles. À 14h, il répondait aux questions de Yémouna en direct. Il nous a ainsi appris qu’il était « plus fourmi que cigale, car dans l’entrepreneuriat, il ne faut pas avoir beaucoup de besoins et savoir se contenter de peu » et qu’il parlait mieux anglais qu’espagnol « je pense que l’avenir de la Guadeloupe, se trouve en grande partie dans le bassin caribéen ». Et surtout, qu’il admirait la sensibilité des mini-entrepreneurs de cette édition : « J’ai l’impression que la jeunesse d’aujourd’hui se concentre plus sur les problèmes de fond qui touchent la Guadeloupe. Ils cherchent des solutions, c’est génial. Nous sommes entre de bonnes mains. »

Témoignages

Sandra ManijeanDurant la délibération du jury, des témoignages se sont ainsi succédés avec quelques acteurs phare. Sandra Manijean, professeur de mathématiques, encadrante de la mini-entreprise Crocheco du lycée agricole, a partagé : « Les élèves ont appris à avoir un regard plus large sur leur environnement et à savoir rebondir. En tant qu’encadrants, nous ramenions de la sérénité sans faire à leur place. »

ApogeeFrédérique Landro, du Cabinet Apogé, mentor de 2mo4pawòl a définit : « L’entrepreneuriat est une aventure humaine. Mon travail a été de se ressouder, de resserrer les liens et de développer de la cohésion. » Thierry Seligny, du cabinet Optimus Leadership & positif, partenaire et membre du jury a observé : « Toute crise a une première face, le choc. Ensuite, on se demande comment réagir ? Quelles sont les opportunités ? Les mini-entreprises se sont aussi adaptées à ce contexte. Les projets sont tous réalisables, pour une Guadeloupe meilleure. »

AnnabellaAnabella Crane, de l’association Anabella Respect et Émancipation des Femmes, marraine de la mini-entreprise CLV a admiré : « Nous devons retravailler notre vision des jeunes car non seulement la créativité est là, mais également la prise de conscience. Des jeunes hommes sont montées au créneau pour défendre les violences envers les femmes. C’est une première mondiale. Je ne peux que les applaudir ! »

 

Annonce des résultats 

JuryC’est Marius Kancel, président du Jury qui avait la lourde tâche d’annoncer les résultats, en présence de Paul Vienot, directeur de l’Adie Guadeloupe et Thierry Seligny, gérant du cabinet Optimus Leadership & positif, membres du jury :

 

1er prix : Ti Ambalaj An Nou, du Lycée agricole Alexandre Buffon

6B903AE6 5370 47C7 8C21 45CEF03EF7A4« Nous sommes super contents !!!! Toute l’équipe est ravie !!!  » s'est exclamé Ti Ambalaj An Nou.

Prix EPA-G2S (pour la participation au challenge EPA national), du lycée Yves Leborgne : Healthy Breakfast

F914301F 2B16 4BB2 A5AA 789A3D4EA557

 « Nous sommes très contents et émus après tout ce travail » s'est écriée l'équipe.

« Un prix qui couronne une année très particulière. » a souligné Elisa Hourlier-Albert, professeur d'éducation socioculturelle et encadrante.

 

- Prix de l’Innovation : FAP, du Lycée Carnot

- Prix du Meilleur Stand : Geko, du lycée Gerville-Réache

- Prix Coup de cœur du jury : 2mo4Pawòl, du lycée Felix Proto

- Prix de l’Entreprise citoyenne : CLV (Contre Les Violences), du Pensionnat de Versailles Basse-Terre

- Prix du public : AGRI2S, du lycée Raoul Georges Nicolo

BA74986F 919B 424A B08B 83D74790C3DB copie

Toutes les mini-entreprises ont reçu un Prix de participation.

Enfin, l’équipe « Entreprendre En Lycée » a clôturé cette journée en félicitant toutes les mini-entreprises et en se donnant rendez-vous l’année prochaine. « Croyez-en vous et rendez-vous en 2022 pour la 17e édition d’Entreprendre En Lycée. » a terminé Yémouna.

Fin copie

De gauche à droite : Max Nelson, Soulef Benamor, Franck Ramin, Elodie Templier, Sébastien Célestine

 Entretemps, nous allons suivre l’aventure de Healthy Breakfast au championnat national d’EPA. « L’aventure n’est pas totalement terminée puisque nous avons une mini-entreprise qui va présenter la Guadeloupe-Saint-Martin et Saint Barth au challenge national. Il faudra les encourager car il y aura un vote national ! Tous les lycées de Guadeloupe devront se mobiliser. » a incité Max Nelson.

EPA

Nous préparons également le prochain Ze Journal, le magazine d’Entreprendre En Lycée qui retracera, entre autres, cette édition 2020/2021.

Les mini-entreprises 2021