Co-financeurs projet Entreprendre En Lycée FSE Guadeloupe GIP Daifi
Logo Entreprendre En Lycée Région Guadeloupe Union Européenne
Co-financeurs projet Entreprendre En Lycée Région Guadeloupe Union Européenne
Co-financeurs projet Entreprendre En Lycée FSE Guadeloupe GIP Daifi
Logo Entreprendre En Lycée Région Guadeloupe Union Européenne Co-financeurs projet Entreprendre En Lycée Région Guadeloupe Union Européenne

Mercredi 17 avril 2019, les huit mini-entrepreneures de la librairie Encre Créole ont organisé une rencontre littéraire avec l’écrivain guadeloupéen Ernest Pépin, au lycée Faustin Fléret.

Entreprendre En Lycée : Pourquoi avoir choisi de rencontrer Ernest Pépin ?

Encre créole : Au cours d’un débat au CDI de notre lycée, nous avons dressé une liste d’écrivains guadeloupéens dont nous apprécions les œuvres, parce qu’elles nous paraissent représentatives de notre vécu et qu’elles reflétent les spécificités de notre culture.

Nous avons noté qu’Ernest Pépin, en particulier, s’intéresse à diverses thématiques telles que la place du gwo-ka dans la société moderne (Tambour-Babel), les relations de couple (Le Tango de la haine), le poids de la rumeur (L’Homme-au-Bâton). Ses créations poétiques nous paraissent témoigner d’une réflexion sur l’importance de l’identité, créole dans notre cas.

C’est un écrivain emblématique de la Guadeloupe, à l’instar d’autres auteurs dont nous apprécions également les écrits et que nous serions honorées de rencontrer.

Comment avez-vous organisé cette manifestation ?

Nous avons contacté Ernest Pépin par l’intermédiaire de notre professeur de Lettres, Mme Gobardham. Elle lui a envoyé un mail auquel il a répondu favorablement. Nous nous sommes, ensuite, organisées. Trois d’entre nous se sont spontanément portées volontaires pour prononcer un discours de bienvenue, pour lire un poème spécialement composé en hommage à notre invité, et pour déclamer un de ses poèmes issu de son recueil Babil du songer. Ensuite, notre professeur nous a demandé de réfléchir aux questions que nous aimerions poser à l’auteur. Nous avons échangé quelques idées avec nos camarades de la 1ère L3 et nous avons commencé à rédiger nos questions, tout en sachant que nous étions libres d’en poser d’autres le jour de la rencontre. Puis, nous avons décidé d’inviter certains élèves de l’atelier Sciences-Po 1ère à participer à cet évènement.

Comment s’est passé votre échange avec Ernest Pépin ?

Les questions ont été assez variées, même si elles ont été majoritairement d’ordre littéraire. Elles portaient entre autres sur sa vocation d’écrivain, sur sa poétique, sur ses choix thématiques, sur la place des lettres créoles dans les programmes scolaires et plus généralement dans le monde, et sur les actions menées aux affaires culturelles, en vue de la valorisation de notre littérature. Ce fut une occasion, pour nous, de dire à l’auteur tout l’intérêt que nous portons à ses œuvres, notamment ses romans. Nous avons également discuté autour de sa Lettre ouverte à la jeunesse.

Pourquoi ce texte ?

Comme l’indique le titre de cette publication, il s’agit d’un écrit qui s’adresse à notre génération et c’est la raison pour laquelle nous l’avons lu avec attention, pour essayer de comprendre quel message l’auteur a voulu nous faire passer et pourquoi. Nous avons compris qu’Ernest Pépin a voulu nous sensibiliser aux pièges de la société moderne, basée sur la consommation, nous éloignant de certaines valeurs essentielles au bon fonctionnement de la société : le respect de nos aînés, l’intégrité, l’authenticité, le sens de l’effort et de l’innovation.

Cet ouvrage nous sensibilise également aux dangers de la mode et de tout ce qu’elle comporte de superficiel. Il traite aussi de l’écueil de la violence qui ne mène à rien, de l’importance de connaître notre histoire et de l’accomplissement d'un devoir de mémoire nécessaire au maintien de notre identité et de notre culture. Il nous rappelle des valeurs morales comme la volonté et la solidarité.

Où en est Encre Créole aujourd’hui ?

Nous avons présenté à Ernest Pépin le recueil de nouvelles De Rêves et d’encre, écrits par d’autres élèves, que nous avons finalisé. Nous lui avons parlé également d’un récit historique sur la Mulâtresse Solitude que nous sommes en train de terminer, Les Sentiers de Solitude. Nous avons toutes travaillé sur un schéma narratif avec notre professeur, après avoir entrepris des recherches sur la vie de la Mulâtresse Solitude. Deux d’entre nous ont participé à la rédaction de cet ouvrage, co-écrit avec notre professeur et un professeur des écoles retraité. Quelques collaborateurs nous ont initiées à la traduction du dernier chapitre de ce livre dans diverses langues (y compris le créole guadeloupéen). Ainsi, le lien entre les générations est maintenu à travers ce projet de création. Le texte final a été soumis à notre appréciation et nous l’avons toutes approuvé, pour ses qualités littéraires et le devoir de mémoire qu’il symbolise et auquel nous sommes attachées. Nous présenterons cet ouvrage lors de la foire-exposition du samedi 04 mai à Destreland.

Par ailleurs, il nous a paru nécessaire de partager les tâches afin d’atteindre nos objectifs. Deux d’entre nous ont contribué à l’élaboration d’une bande dessinée. Nous avons toutes participé à la rédaction de notre magazine touristique, ainsi qu’aux traductions d’une partie du recueil  De Rêves et d’encre en anglais et en espagnol (sous la direction de professeurs de langues vivantes). Nous avons aussi créé un DVD en langue des signes. Chacune de nous s’est investie dans ce projet et a pu trouver sa place.

Nous remercions toutes les personnes qui nous ont aidées.

L'Equipe Encre créole

LGT Faustin Fléret

L'ÉQUIPE ENCADRANTE : 

  • Mme GOBARDHAM Armelle

  • M. MALAHEL Bruno

LES ÉLÈVES :

  • ARCHIMEDE Candice

  • ARGILON Louisa

  • CALLY Joëlla

  • FULCONS Djenika

  • HECTOR Emilie

  • HIERON Taliana

  • LOISON Lydwine

  • LUCE Wendy

LE PARRAIN :

  • M. CORZANI Jack

LE COACH :

  • Mme MELON Natacha

CONTACT : HECTOR Emilie et LOISON Lydwine  : encre.creole@gmail.com