Co-financeurs projet Entreprendre En Lycée FSE Guadeloupe GIP Daifi
Logo Entreprendre En Lycée Région Guadeloupe Union Européenne
Co-financeurs projet Entreprendre En Lycée Région Guadeloupe Union Européenne
Co-financeurs projet Entreprendre En Lycée FSE Guadeloupe GIP Daifi
Logo Entreprendre En Lycée Région Guadeloupe Union Européenne Co-financeurs projet Entreprendre En Lycée Région Guadeloupe Union Européenne

Les mini-entreprises proposaient leurs produits et services ce samedi 4 mai à Destreland, lors de leur foire-exposition traditionnelle.

Vous aviez besoin de solutions énergétiques naturelles pour votre habitat ? Vous souhaitiez acquérir des vêtements originaux ? Des douceurs aux saveurs inédites ? Alors, vous étiez certainement à la foire-exposition à Destreland, ce samedi 4 mai 2019. Cette année encore, les mini-entreprises de la 14e édition d'Entreprendre en Lycée ont rivalisé d’imagination et d’innovation. Et si vous n’y étiez pas, en voici le déroulé.

De la préparation à l’action !
Depuis quelques semaines, les mini-entreprises se préparent à cet événement-phare de l’opération. « Nous nous sommes réunis pour nous organiser : préparer au mieux notre stand, créer des outils de diffusion pour communiquer sur l’événement, etc. Des clients nous ont même aidé pour réaliser certains décors du stand. », livre les mini-entrepreneurs de Jobs des Iles sur le pied de guerre. « Pour nous, c’est une réelle mise en en situation. Nous attendons que les Guadeloupéens découvrent nos donuts afin de vérifier que notre projet peut aboutir. », explique l’équipe de Doeat Life.

   Equipe Jobs des Iles 3                 

Jobs des Iles

           Doeat life équipe copie

             Doeat Life

Bien avant l’ouverture du centre, les mini-entreprises s’affairent pour dresser leurs stands, aidées par l’équipe organisatrice d’Entreprendre En Lycée. C’est avec une certaine effervescence qu’elles attendent l’ouverture du centre commercial, fignolant les derniers détails de leur stand, de leur tenue et de leur discours. « Nous espérons que cette foire-exposition nous fera connaître dans toute la Guadeloupe. Destreland est un lieu où il y a beaucoup de passage. », escompte l’équipe de Healing. De l’excitation entremêlée avec un sentiment d’appréhension « Ce n’est pas facile pour moi de communiquer avec les autres. », confie un jeune mini-entrepreneur.

 EEL 2019 4 Mai n 7114

Ere Kreyol 2

EEL 2019 4 Mai n 7062

EEL 2019 4 Mai n 7091             

 

EEL 2019 4 Mai n 7129    

Healing

EEL 2019 4 Mai n 7074

EEL 2019 4 Mai n 7100

Clim Eco2

Un réel encadrement
Mais soutenus par les conseils de professionnels lors des ateliers de perfectionnement en janvier dernier, notamment sur « Le stand, outil de communication visuel commercial », par leurs parrains, leurs coachs et leurs encadrants, les jeunes sont globalement confiants. Ils ont conçus des projets qu’ils estiment pertinents. Ils ont travaillé et ont fait bien des sacrifices pour être présents aujourd’hui. « Nos coachs, Lando Blanchard de Nafooshop SAS et Jean-Yves Duro, nous ont aidé à avoir confiance en nous et à croire en notre potentiel. », témoigne la mini-entreprise, Kandy Gwada.
Les mini-entrepreneurs ont à cœur de proposer des stands attractifs, mettant en valeur leur concept, et répondant le plus possible à ce qu’ils souhaitent véhiculer. « De cette foire-exposition, nous attendons beaucoup. Nous aimerions trouver des parrains, des sponsors ainsi que des partenaires. Nous souhaiterions aussi nous faire connaître du grand public et recueillir plusieurs avis et conseils. », espère la mini-entreprise Géobus.

 EEL 2019 4 Mai n 7088 2

Kandy Gwada 

  EEL 2019 4 Mai n 7123

Géobus

 Vendre « pour de vrai »

08h30 : ouverture du centre. Les premiers clients entrent et l’impatience cède la place à l’action. Ceux-ci sont tout de suite attirés par cette jeunesse force de proposition, démentant bien des idées reçues sur « la jeunesse d’aujourd’hui ». Intrigués, ils posent des questions. Pour les mini-entrepreneurs, ça y est ! Le challenge s’inscrit dans la réalité, face à un « vrai client ». Car, pour la plupart, il s’agit de leur première expérience professionnelle avec le « monde réel », en dehors du lycée.
Il faut savoir capter l’attention, répondre aux questions, parfois pointues et surtout, concrétiser la commande ou la vente. Certaines mini-entreprises proposent des quizz, des cadeaux pour chaque achat, des échantillons, et profitent même pour réaliser leur étude de marché, à l’instar de Paradise Night. D’autres soulignent leur implication à une cause humanitaire comme la mini-entreprise Chevalier édition qui reverse ses recettes à l’Union des aveugles de la Guadeloupe.
Les rôles s’organisent. Certains développent vite leurs sens commercial tandis que d’autres préparent les commandes ou s’occupent de la caisse. Quelques mini-entreprises ne perdent pas le nord : « Votez pour nous sur www.entreprendreenlycée.com ! »

  EEL 2019 4 Mai n 7146 

   EEL 2019 4 Mai n7921     

Paradise Night

  EEL 2019 4 Mai n 7508
 

EEL 2019 4 Mai n 7479 

Konfi Kaz

 

Le passage du jury
3 jurys se répartissent les stands afin de les évaluer les stands, munis de leur fameuse « grille d’évaluation ». « Il s’agit d’apprécier la qualité et le travail des mini-entreprises lors de cette foire-exposition. », souligne Max Nelson, chef de projet d'Entreprendre En Lycée au sein du Rectorat de l’Académie de Guadeloupe. Les mini-entrepreneurs doivent prouver que non seulement leur activité est viable, mais aussi leur capacité à le démontrer ! « Nous attendons de voir des bonnes idées, de la débrouillardise, de la motivation, comment ils se présentent en public. », Kelly Gustarimac, responsable achat à la Société antillaise de raffinerie des Antilles (Sara).
Présentation du stand, qualité de l’accueil, argumentation commerciale, les jurys évaluent, se concertent, sous le regard interrogateur des mini-entrepreneurs et de leurs encadrants. Grande nouveauté cette année : certaines mini-entreprises participent au challenge national Entreprendre pour Apprendre. À cet effet, Healing, Encre créole, Doeat Life et Heart. B, répondent à une grille d’évaluation spécifique. Nathalie Ezelin, professeur d’anglais au lycée Bertin Juminer du Lamentin, n’hésite pas à leur poser quelques questions en anglais, les préparant ainsi à leur soutenance d’activité qu’ils devront présenter en… anglais !

IMG 3815

 EEL 2019 4 Mai n 7696          EEL 2019 4 Mai n 7683

La Région Guadeloupe sur les stands
Olivier Serva, président de la commission du Développement économique du conseil régional de la Guadeloupe, partenaire historique de l’opération, visite chaque stand, échangeant avec les mini-entrepreneurs. Curieuse, imaginative, audacieuse, la jeunesse guadeloupéenne n’hésite pas à s’exprimer, défendre ses idées et montrer ce dont elle est capable. « À chaque édition, les mini-entrepreneurs nous offrent de la technicité et de l’imagination. La Guadeloupe a besoin de leurs compétences et de leur énergie afin de passer des idées aux projets. », plébiscite Olivier Serva. D’ailleurs, lorsqu’il était lycéen, il avait participé à ce challenge et son équipe avait terminé deuxième.

 EEL 2019 4 Mai n7747 

 EEL 2019 4 Mai n 7718

Entrepreneurs confirmés ?
Il est bientôt 13 heures. Une mini-entreprise déplie son stand : il ne lui reste plus rien, elle a tout vendu. Les autres stands se distinguent par la rareté des produits restants… Les mini-entrepreneurs et leurs encadrants sont épuisés, mais également radieux pour des motifs, parfois, différents. « Nous avons découvert la vente aujourd’hui. », souligne l’équipe Nameless. « La majorité des gens pense que c’est un beau projet. Nous avons une dizaine de commandes, en plus des ventes. », apprécie Healing. Les mini-entrepreneurs, encore plus que les ventes, se sentent boostés par l’intérêt général porté à leurs idées. « Les client ont beaucoup aimé les produits proposés et notre concept d’économie circulaire. », s’enchante Recyclothe. « Nous sommes fiers de voir que notre projet intéresse. Nos clients sont surpris de par le fait que nous ayons réalisé tout ceci en à peine un an et que, surtout, nous sommes une équipe entièrement féminine ! », approuve Encre créole. Quant à De Ti Mo Kreol, leur encadrante, Michelle Fanchone, est bluffé : « Nous avons déjà vendu 200 tee-shirts. Et nous avons encore du monde qui arrive. Les élèves se sont très bien démenés, en parfaite autonomie. »

EEL 2019 4 Mai n 7119

Maripoza Hair  

  EEL 2019 4 Mai n 7112

Recyclothe

   EEL 2019 4 Mai n 7607

Il est 14 heures. C’est la fin de la foire-exposition. Les mini-entrepreneurs sont soulagés mais ils savent qu’ils ont encore une épreuve : la soutenance de leur bilan d'activité ce vendredi 10 mai. En attendant la Cérémonie de remise des prix le 17 mai prochain.

EEL 2019 4 Mai n7727

 Nicolas Craipeau, directeur du Gip-Daifi et Max Nelson, chef de projet d'Entreprendre En Lycée

 

 EEL 2019 4 Mai n 7625  

 Gersiane Bondot-Galas, présidente de la commission

Éducation de La Région Guadeloupe

   EEL 2019 4 Mai n 7649

José Victorin, proviseur du lycée Faustin Fléret

   EEL 2019 4 Mai n 7620

Charly Blondeau, à l'origine d'Entreprendre En Lycée 

EEL 2019 4 Mai n 7527

Croc d'argent

EEL 2019 4 Mai n 7944

EEL 2019 4 Mai n 7980

Gwada Tech

IMG 3805  

Aquatech

          EEL 2019 4 Mai n7875 

EEL 2019 4 Mai n 7954

                      New Life

 Vous avez raté la foire-exposition ? Heureusement, vous avez encore la possibilité de contacter les mini-entreprises, afin de vous renseigner et/ou acquérir leurs produits  !