Co-financeurs projet Entreprendre En Lycée FSE Guadeloupe GIP Daifi
Logo Entreprendre En Lycée Région Guadeloupe Union Européenne
Co-financeurs projet Entreprendre En Lycée Région Guadeloupe Union Européenne
Co-financeurs projet Entreprendre En Lycée FSE Guadeloupe GIP Daifi
Logo Entreprendre En Lycée Région Guadeloupe Union Européenne Co-financeurs projet Entreprendre En Lycée Région Guadeloupe Union Européenne

S’il est vrai qu’il vaut mieux intégrer son parrain dès le démarrage de son activité, quelle place les mini-entrepreneurs doivent-ils lui accorder ensuite ? Jusqu’à quel point le parrain peut intervenir ?

Rôle du parrain
Le parrain constitue, souvent, le premier contact des jeunes avec le monde professionnel. Il apporte son expérience en conduite de projet : prendre conscience des objectifs, des contraintes, du respect des échéances. Néanmoins, il ne s’agit pas de décider à la place des élèves : « Ce sont les mini-entrepreneurs qui tracent la route. », mettait en garde Nicolas Koster, en octobre dernier, responsable des programmes de formation à l’association Entreprendre pour Apprendre France, lors de la formation aux enseignants et aux partenaires. Nous retenons mieux ce que nous avons expérimenté nous-mêmes !

Des initiatives
En raison de cette casquette de « chefs de projet », les mini-entrepreneurs ont tout intérêt à soigner le contact qu’ils ont pu établir avec leur parrain, en évitant toute attitude attentiste. Surtout en vue de la très prochaine foire-exposition de Destreland, où ils peuvent inviter, dès aujourd’hui, leur parrain à échanger autour de l’organisation de cet événement : quel meilleur rétroplanning à mettre en place ? Qui inviter ? Quelle production proposer, afin de rendre son stand plus attractif ?
Un échange où le parrain peut bénéficier, lors de ces rencontres, d’une vraie bulle d’oxygène, de dynamisme et d’enthousiasme, loin de ses préoccupations quotidiennes.